bouche camomille

L’herpès labial… trucs pratiques

Qu'est-ce que l'herpès labial?

L’herpès labial, appelé aussi bouton de fièvre ou feu sauvage, est une infection virale bénigne mais très contagieuse, principalement causée par le virus Herpes simplex de type 1 (HSV-1). 

Après la première infection, le virus migre dans des ganglions nerveux de la base du crâne pour y demeurer inactif.

Le virus Herpes simplex de type 2 (HSV-2) est celui qui est responsable de l’herpès génital. Il est important de noter que des contaminations croisées sont possibles. Cela signifie que l’herpès labial peut être transmis aux parties génitales et vice versa.

Même si certaines personnes ne vivront pas de poussées d’herpès après la première infection, plusieurs verront le virus se réactiver périodiquement

Symptômes

Une démangeaison peut survenir, puis après quelques heures les lésions caractéristiques vont apparaître: de petites cloques (vésicules) regroupées en grappe remplies de liquide concentré en particules virales. 

Une sensation de malaise général ou de fatigue peuvent aussi être présentes.

Après quelques jours les vésicules vont se rompre et produire de petites ulcérations qui vont sécher et se transformer en croûtes douloureuses lorsqu’elles craquent. 

Cette phase dure environ une dizaine de jours avant que la cicatrisation soit complète.

Les lésions de l’herpès labial apparaissent principalement sur les lèvres et leur pourtour, mais elles peuvent également être présentes près du nez, dans les narines ou sur le palais.

Transmission du virus

Le virus se transmet par la salive ou par le contact direct avec le liquide contenu dans les vésicules. Il peut également se transmettre quelques heures avant l’apparition des vésicules.

Ainsi, dès la sensation de démangeaison il est important de ne pas embrasser les autres ou de ne pas partager les couverts (ustensiles, verres, tasses, etc.) ou la literie et serviettes, même si les vésicules ne sont pas apparues.

Il faut également éviter de toucher, gratter ou pincer les vésicules. Des particules virales pourront se retrouver sur les doigts et sous les ongles augmentant ainsi le risque de contamination à d’autres parties du corps comme les yeux, le nez, les parties génitales, etc. 

Causes des récidives

Les personnes souffrant d’herpès labial connaissent habituellement les déclencheurs de la réactivation du virus. 

Les déclencheurs les plus courants sont:

  • la fièvre
  • les menstruations
  • l’exposition au soleil
  • le froid
  • les traitements dentaires
  • les blessures aux lèvres
  • le stress
  • la fatigue

Prévenir les récidives

En premier lieu, il est essentiel de maintenir un système immunitaire fort en adoptant une alimentation équilibrée, en faisant de l’exercice régulièrement et en réduisant le stress. 

Selon Griffith (1981), deux acides aminés ont un effet sur le virus : l’arginine qui favorise sa réplication et la lysine qui l’empêche de se répliquer. Puisque ces deux acides aminés ne sont pas produits par le corps, leur apport provient des aliments

Les aliments riches en arginine sont les arachides, les noix et le chocolat. Ils sont donc à éviter, surtout lors d’une poussée d’herpès.

À l’inverse, les aliments tels que les poissons, l’agneau, le veau, le gibier, les légumineuses, le porc et la volaille, qui sont riches en lysine, seront à favoriser pour aider à prévenir les récidives.

Suppléments*

Lysine

Puisque la lysine semble avoir un effet inhibiteur sur la réplication du virus, il pourrait être bénéfique de prendre un supplément lors d’une crise ou dès la sensation de picotement ou de démangeaison.

La dose suggérée est de 1000 mg 1 à 3 fois par jour entre les repas.

Vitamine D

La vitamine D joue plusieurs rôles, dont celui de soutien immunitaire. Par exemple elle favorise l’activation des lymphocytes T et la production de peptides antimicrobiens, des protéines qui aident à combattre les infections en détruisant les agents pathogènes. 

Plantes médicinales*

Astragale, reishi, ashwagandha

Les plantes médicinales traditionnellement utilisées pour soutenir l’immunité sont les plantes adaptogènes comme l’astragale (Astragalus membranaceus), lashwagandha (Whitania somnifera) ou le reishi (Ganorderma lucidum). Elles aident le corps à mieux faire face au stress qui pourrait compromettre la santé immunitaire, mais elles sont également immunistimulantes (astragale) ou immunomodulatrices (reishi, ashwagandha).

On peut les prendre en décoction 3 fois par jour pendant plusieurs mois. C’est la façon la plus économique de les consommer.

Mélisse, échinacée, propolis

Les plantes médicinales traditionnellement utilisées lors d’herpès labial sont la mélisse (Melissa officinalis), l’échinacée (Echinacea spp.) et la propolis. Ce sont des plantes antivirales. À noter que l’échinante et la propolis sont reconnues comme immunostimulantes.

On peut les prendre en concentré liquide dans l’alcool, 3 à 5 fois par jour. 

La mélisse, au bon goût citronné, peut également être prise en tisane. 

Lorsque les lésions sont sèches, l’application d’un onguent de calendule (Calendula officinalis) ou de plantain (Plantago major) peut aider à la cicatrisation.

* Ces plantes médicinales et suppléments ont des interactions médicamenteuses et des précautions d’utilisation. 

La consultation avec un professionnel de la santé ou une herboriste thérapeute est recommandée avant de les utiliser surtout lors de la grossesse, de l’allaitement, de problèmes de santé ou de prise de médicaments. 

De plus en aucun cas elles ne peuvent remplacer la médication ou une consultation médicale ou psychologique.

En résumé

L’herpès labial est une infection virale très contagieuse mais bénigne. Le virus responsable reste latent dans l’organisme et se réactive périodiquement en réponse à divers déclencheurs tels que l’exposition au soleil ou au froid, la fatigue, le stress, etc.

En cas de doute, allez consulter un professionnel de la santé. 

RÉFÉRENCES

GRIFFITH RS, DELONG DC, NELSON JD. Relation of arginine-lysine antagonism to herpes simplex growth in tissue culture. Chemotherapy. 1981;27(3):209-13.

MURRAY, M., PIZZORNO, J. The Encyclopedia of Natural Medicine, 3e Edition, 2012.

THERAPEUTIC RESEARCH CENTER. Site web consulté 24 avril 2024.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Picture of Marie-Claudine

Marie-Claudine

Je suis une passionnée de l'humain et de l'herboristerie. J'aime partager mes connaissances et accompagner les gens dans leur quête de mieux‑être. Mon parcours diversifié m’a menée des sciences infirmières à l'éducation puis à l’herboristerie et au coaching. J'ai une écoute attentive et une grande sensibilité qui me permettent d'établir un lien de confiance avec les autres. Ma mission est d'inspirer les gens à cultiver la bienveillance envers eux-mêmes et redécouvrir l'émerveillement pour la nature.
Retour en haut